Réflexion sur la solitude

       Des extraits du livre La vie intérieure de Christophe André, 2018
          Document préparé par Renald Mailhot, membre de la Corpo

La solitude, est-ce que cela consiste à être seul ou à se sentir seul? C’est de cette seconde situation, le sentiment de solitude, que nous parlons ici.

L’expérience de la solitude s’éprouve souvent dans les moments d’adversité, où l’on se sent peu soutenu, ou lorsque l’aide de nos proches ne nous soulage pas. On la ressent aussi dans les moments de conflit avec notre entourage : on perçoit tout à coup la fragilité de nos liens.

Aujourd’hui, grâce à nos écrans, qui suppriment les temps de solitude, nous ne sommes jamais vraiment seuls. Mais de récentes études montrent que, paradoxalement, le temps passé devant ces écrans aggrave encore le sentiment de solitude.

La solitude n’est pas qu’une souffrance, elle constitue aussi une voie d’accès à la vie intérieure et à la connaissance de soi. Elle ouvre une occasion de se rendre visite à soi-même, en suspendant actions et distractions.

Savoir être seul permet la véritable rencontre avec soi-même, sans le leurre de nos bavardages et dispersions.

La solitude est une voie pour mieux savourer les moments de partage, de fraternité, pour affûter notre sensibilité à ces instants.

Avez-vous remarqué qu’il n’existe pas de mot pour décrire le contraire de la solitude?

Être humain, c’est accepter sincèrement cette dimension de solitude ontologique : il y aura toujours une petite part de nous non transmissible et non partageable.

Et savoir que ce sentiment est éprouvé par tous les humains nous permet de nous sentir un peu moins seuls.