Résider au monastère des Augustines dans le Vieux-Québec

Résider au monastère des Augustines , chronique d’Achille Joyal

Du 16 au 19 mai 2019, ma femme et moi sommes allés résider au Monastère des Augustines dans le Vieux-Québec.

Accès
Le site de l’Hôtel-Dieu, au 77 rue des Remparts, est accessible en voiture. On peut y stationner longuement, mais il faut se compter chanceux si l’on trouve une place en haute saison.

L’accueil est très correct, mais la circulation à pied dans les locaux demande une brève initiation : sauf pour l’arrivée du sous-sol au bureau, l’ascenseur ne part qu’à l’aide de la carte-clé. On fait une escale au 3e étage pour se rendre dans l’aile des chambres anciennes. Si on opte pour le moderne au lieu de l’authentique, on monte au 4e étage. Pour redescendre, on a le choix entre d’anciens escaliers à la rampe bien patinée et les ascenseurs.

Activités spirituelles
Le programme des messes et des prières est livré à l’accueil. On peut assister aux vêpres dès l’arrivée en après-midi. Des concerts de musique sont parfois offerts gratuitement au public : ce fut le cas le samedi 18 mai, dans le cadre d’un festival de musique local.

Visites muséales
Plusieurs visites guidées sont offertes chaque jour : on apprend à connaître la vie quotidienne des religieuses hospitalières, cloîtrées pour le monde sauf pour leurs malades qu’elles soignaient. On y découvre les instruments de la médecine et la chirurgie d’antan.

Alimentation
Le réfectoire des hôtes offre deux formules de menu en soirée : à trois ou six services. Les mêmes aliments sont servis, mais le détail de la présentation est plus poussé dans le second cas. Le petit déjeuner est pris dans le silence et en mode libre-service, à l’exception du café.

Vous pouvez voir les autres récits soumis sous le thème Un voyage à l’extérieur de ma zone de confort