Un carnet d’autographes

Un carnet d’autographes

Ce petit carnet de jeunesse de ma mère Yvette a atterri chez nous après son décès.
Dans les années 30, quelques jeunes hommes veillaient chez les Mercier de Plessisville autour d’Yvette qui accompagnait au piano le chant de ses quatre sœurs et de leurs amis.
Un étalagiste de la Cie Paquet, à Québec, était là en 1930 et a créé pour l’amie Yvette ce Souvenir d’un beau soir d’été le 6 juillet à Montmagny (gouache, 3″ X4″).
Le contenu du petit carnet est une suite de messages romantiques parfois accompagnés de dessins. Georges Duguay y écrivait cinq ans avant d’épouser la pianiste « Toi seule fais mon vrai bonheur et si quelquefois tu penses à moi, souviens-toi de ce que contient mon cœur. (21/1/1931) »

Petit objet tout simple, ce carnet nous donne accès à l’incubateur dans lequel s’est générée notre famille, dans un climat d’amitié, de poésie et de musique.
Ce climat a teinté toute notre enfance.
Notre père Georges sera maitre de chapelle attitré durant 25 ans et notre mère a touché le piano et chanté avec des amies le soir même de son décès à 81 ans.

Denis Duguay