Témoignage de Danielle Bureau


La solitude
Danielle Bureau, membre de la Corpo

La solitude est plus souvent qu’autrement « très agréable » pour une personne indépendante et autonome, mais « pèse aussi très lourd » à certains moments et, encore plus en vieillissant.

En particulier,

Quand je suis malade, je réalise à quel point je suis seule, démunie, en me promettant à chaque fois de faire des efforts pour remédier à cette situation dans l’avenir;

Quand, autour de moi, on planifie un voyage dans le Sud
ou qu’on me décrit toutes les sorties qu’ils ont faites durant les fêtes;

Quand des gens me racontent qu’ils ont assisté à un magnifique concert
ou tout le plaisir qu’ils ont eu lors de leur sortie à la Cabane à sucre;

Quand je me retiens d’appeler mon fils ou une amie pour ne pas les déranger sous prétexte qu’ils sont en couple;

Quand je vous salue et suis sympathique avec vous, commis de la station d’essence ou à l’épicerie. Non! Je ne cherche pas d’amis …mais vous êtes peut-être la première personne à qui je parle depuis deux jours!

Il y a également les bons côtés à la solitude,

C’est le bonheur de faire ce que je veux quand je veux, spontanément, sans devoir m’ajuster à la disponibilité ou aux goûts d’une autre personne;

C’est le plaisir de ne pas avoir d’obligation de rendre des comptes ou de justifier mes décisions;

C’est ne pas me sentir coupable d’aller au lit plus tôt, deux soirs de suite;ou quand mon panier à linge déborde;

C’est pouvoir laisser traîner de la paperasse que je n’ai pas eu le temps de finaliser aujourd’hui
ou tout simplement le reprisage que je remets sans cesse;

C’est me servir un bol, un deuxième et parfois même un troisième bol de céréales avant de me coucher!

Et voilà, en gros, les aléas de ma solitude!